The words you are searching are inside this book. To get more targeted content, please make full-text search by clicking here.

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Discover the best professional documents and content resources in AnyFlip Document Base.
Search
Published by Atypeek Mag, 2017-04-06 12:14:26

Atypeek Mag N°2

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Keywords: Graphic Arts,Design,Music

K I B L I N D ATYPEEK MAG #02
AAA R G ! TRIMESTRIEL
SURL COLLABORATIF www.atypeek.fr
SIÈCLE DIGITAL D’ACTUALITÉS
silence and sound G ÉNÉRALES Janv. Fév.
C I T I Z E N J A Z Z Mar. 2017
STAR WAX
D ig I t ! NOUVEAU
L A S P I RA L E L’actualité culturelle :
I ndie R ock M ag le condensé trimestriel
UNION des meilleurs médias
W-FENEC compilés
SCORE A/V Une sélection des meilleurs
c h romati q ue reportages et interviews
XPRESSION Découvrez nos chroniques
EXIT MUSIK d’albums, clips, livres,
XSILENCE DVD, accessoires
— design et mode…
La scène indépendante
MUSIQUE en images

Peaches PRIX LIBRE
Al’Tarba
Greg Graffin
Guillaume Perret
Ptôse
Jozef Van Wissem


DESIGN

GABE BARTALOS
LE VILLAGE
D E S C R éateurs
A ntoine G ary


C I N éma

poT E M kine
F ilms “ politi q ue U S”


L I T T érature

RÉMI SUSSAN
G erard E vans
V ladimir N abokov


STREET CULTURE

Tattooisme
arka ï c skateboard


SEXY

cOMME UNE COUILLE
DANS LE POTAGE


BD

DAV GUEDIN
MIKA PUSSE


PEACHES ©Daria Marchik Peaches

©DR - Peaches Devenue icône branchée,
elle sort deux albums supplémentaires Fatherfucker

en 2003 et Impeach My Bush en juillet 2006.
En 2012, elle écrit, réalise, et joue dans
le film Peaches Does Herself, un opéra
électro-rock qui s’inspire de l’histoire
de sa vie. Une belle leçon de vie !
Vous retrouverez dans
ce magazine
une interview inédite
de Peaches par Ira.

Atypeek Magazine, fort d’un premier

numéro qui a dépassé nos espérances, voici
donc le N° 2 d’Apypeek Mag, en version
augmentée. Peaches y fait une incursion
prononcée, finalement Crass ne lèvera pas
dans ce numéro le voile sur une partie de
son histoire dans un livre de George Berger.

ÉDITORIA


ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 3

Rejoignez-nous sur notre
https://www.facebook.com/Atypeek

Pour les cinéphiles, une rétrospective sans Un peu plus loin Gabe Bartalos fait le OURS
précédent de Potemkine, qui entre dans grand écart avec Rémi Sussan dans un
l’année David Lynch entre autres. Côté bestiaire forcément contemporain et Rédaction :
couille dans le potage on tire aussi côté bien Freak. Atypeek - 21 Rue Prof Weill
salles sombres. Dans l’obscurité Al’Tarba 69006 Lyon - France
se dévoile quelque peu, comme Jozef Christophe Féray
Van Wissem et Greg Graffin d’ailleurs. Rédacteur :
Atypeek Mag Christophe Féray
L #02 cf@atypeekmusic.com

Graphisme :
Atypeek Design

Distribution :
Digital Publishing Platform
for Magazines
N° ISBN : 9782955693629

Commission Paritaire :
ISSN 2497-8035

Contributeurs :
Léa Vince - Juan Marcos Aubert -
Jonathan Allirand - Roland Torres -
Maxime Lachaud - Hazam - Fisto
(Olivier Cheravola) - Oli - CF -
Aleksandr Lézy - Antoine Gary -
Pierrick Starsky - Valentin Blanchot -
Arnaud Verchère - Robin Ono -
Laurent Coureau - Ira Benfatto -
Flore Cherry - Mika Pusse -
Jérôme Tranchant - Alain R.

Zoom :
Peaches - Al’Tarba - Greg Graffin -
Guillaume Perret - Ptôse -
Jozef Van Wissem - Gabe Bartalos -
Le Village des Créateurs -
Le Géant Vert - ROVT Design -
Potemkine - Rémi Sussan -
Vladimir Nabokov -
Dav Guedin - Mika Pusse -
Antoine Gary - Tattooisme -
Arkaïc Skateboard…

Publicité :
cf@atypeekmusic.com

Atypeek Mag est une publication d’Atypeek™.


4 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

www.atypeek.fr

PEACHESAL’TARBA le fléau Greg Graffin PTÔSE
ENTERTAINER hollandais ‘Millport’ Vers d’oreille
INTERVIEW Jozef Van
Ira BenfattoStar WaxWissemInterview Interview
et Christophe Féray Robin Ono, Maxime Lachaud
18-21 Interview Journaliste Journaliste
ATYPEE8-17 Robin Ono,
Journaliste 30-34 36-43

22-27

CARNET Marques & RÉMI SUSSAN COMmE UNE SCHLAASSS
DE VOYAGE consomma- LES UTOPIES COUILLE
teurs : les POST-HUMAINES DANS LE POTAGE BD de Mika Pusse
MONGOLIE rituels à l’ère www.schlaasss.fr
Alice Féray du digital Interview Chronique
Photographe La Spirale, propos Union 164-167
Article de Laurent Coureau Flore Cherry,
132-139 Journaliste Journaliste
Siècle Digital
Valentin Blanchot 148-157 160-161
Journaliste

Greg Graffin © DR SOMmAIR142-145

© DariaMarchik


ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 5

Janv./Fév./Mars 2017

GUILLAUME CHRONIQUES LE GÉANT VERT Blanc comme TATTOOISME 3 Brice Dans la cuisine
PERRET : ALBUMS neige Baleydier DE Dav Guedin
Wild Wild JAZZ & Singles Article Fred Inhvader
Mode Chris Coppola Créateur de Interview
Interview Chroniques Kiblind Magazine Journaliste Arkaïc Skateboards AAARG !
J. Tourette ROVT Design Pierrick Starsky,
Jonathan Allirand50-81 Journaliste 108-111 112-117 Journaliste
Journaliste Le Village
MAG102-103 des Créateurs 124-131
EK44-47
104-107

Les DIX POTEMKINE séléctions LE LIVRE DU MOIS LOLITA La scène
meilleurs Les mystères POTEMKINE indépendante
films sur du K inversé George Berger : CHRONIQUE en images
la vie Jérome Tranchant L’histoire de Crass Vladimir Nabokov
politique DOSSIER et Maxime Lachaud Par geminway.com Galerie Photos
américaine Maxime Lachaud Journalistes Hazam, Journaliste /
avec Nils Bouaziz 200-203 Photographe
Rubrique Cinéma 186-199
Jérôme Tranchant, 174-185 204-209
Journaliste

E #02170-173 Magazine trimestriel collaboratif réalisé à l’initiative d’Atypeek Music


6 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

Musiques
en sous-Sol


Janv./Fév./Mars 2017

© DR

Jonathan Allirand - Journaliste

LE CAHIER
DES CURIOSITÉS

PEACHES PTÔSE
ENTERTAINER
Vers d’oreille
Interview Interview
Ira Benfatto, Journaliste Maxime Lachaud, Journaliste

et Christophe Féray GUILLAUME PERRET

AL’TARBA Wild Wild JAZZ
Interview
IInterview Star Wax
Jonathan Allirand, Journaliste
Juan Marcos Aubert, Journaliste
CHRONIQUES
le fléau hollandais
ALBUMS & Singles
Jozef Van Wissem
Interview instantanés
Robin Ono, Journaliste
des copains/Copines
BAD RELIGION
VIDéoclipS
Greg Graffin Chronique
Léa Vince, Journaliste
‘Millport’

Interview
Robin Ono, Journaliste

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 7


8 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

INTERVIEWARTISTE

PEEANCTHEERSTAINER
Texte : Ira Benfatto Interview : Ira Benfatto ET Christophe Féray INFOS : www.facebook.com/pg/officialpeaches/

Entertainer [ˌentəˈteɪnəɼ] noun clubbers, les post-féministes, le milieu de la mode et les freaks
[comedian] comique m, amuseur m, de tous horizons.

amuseuse f D’icône de l’underground, elle devient icône queer avec son 2e
[in music hall] artiste mf (de music hall), opus, Father Fucker (2003). Elle s’y joue des questions de genre,
apparaît avec une barbe sur la couverture, s’approprie et renverse
fantaisiste mf les clichés macho rock ’n’ roll, en mode riot grrrl. Jusqu’à marquer
les esprits de manière indélébile, au point que plus un article ne
-Traduction du Larousse manque de la qualifier de reine des queers ou de l’aborder sous
l’angle du féminisme.
Fin des années 90, Toronto et les rivages du lac Ontario. La mu-
sicienne Merill Beth Nisker éprouve le besoin de se réinventer. Quatre albums et 13 ans plus tard, c’est au-dessus d’une
Elle s’achète un Roland MC505, travaille seule sur un nouveau bassine, la tête recouverte d’une serviette chaude, que nous
son et se découvre une autre façon de chanter. « Peaches » est la retrouvons dans sa loge de l’Épicerie Moderne. Exténuée
née. Lovertits, son 1er EP de six titres, sort en 2000. Sonorités par un mois sur les routes, au rythme effréné des dates qui
minimales, sales, et paroles explicites, son attitude séduit le s’enchaînent. Car une nouvelle mutation s’est opérée chez
label allemand Kitty-Yo. Peaches au travers de ses deux derniers albums, clairement
plus accessibles. Ses mélodies sont plus complexes et ses
Dans la foulée, la Canadienne déménage à Berlin pour y enreg- textes autobiographiques.
istrer son premier album studio, The Teaches of Peaches (2000).
L’album devient culte et marque la pop-culture. Et bien que le Le sexe est toujours présent mais l’engagement politique plus
succès commercial ne soit pas encore au rendez-vous, elle se diffus. Et son débit si spécifique s’entrecoupe désormais de
voit propulsée au rang de superstar de l’underground. Influencé refrains chantés sur des boucles plus disco qu’electropunk.
par Joan Jett, Iggy Pop, les Bikini Kill, le cinéaste John Waters Quitte à décevoir ses fans de la première heure qui le déplorent,
et la photographe Cindy Sherman, son personnage séduit les c’est une réelle volonté de sa part, un choix artistique assumé.


“Elles ne
devraient pas
se préoccuper

de ce que
pensent les
mecs parce
qu’ils veulent
juste s’insérer
dedans, ils
se fichent de
ce à quoi il
ressemble”

PEACHES

© DR

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 9


INTERVIEWARTISTE

À SAVOIR

Véritable bête de scène,
Peaches s’est imposée
sur la scène queer de
Berlin comme la nouvelle
icône de la musique
électro par ses paroles
ouvertement sexuelles
et ses costumes
provocants...
© Elodion

“Jusqu’à éjaculer littéralement roses vifs, exécute une séance d’aérobic entre deux morceaux sorte de
sur le public...” moment improbable où Jane Fonda rencontre John Waters, porte des
bodies monstrueux à seins multiples, jette au public la serviette avec
Mais s’il est une chose que Peaches a toujours été et sera toujours, laquelle elle vient de s’essuyer les aisselles et l’entrejambe. Ses shows
c’est une vraie bête de scène. Une femme de spectacle, ce qu’elle nous sont une invitation à la fête, à la fièvre et à l’excès. Toujours avec
a encore prouvé ce soir-là. Une fois le rideau levé, la discrète Merill cette note d’humour qui manque souvent aux scènes électroniques.
s’efface et le monstre « Peaches » prend vie, possédant non seulement
son corps, mais la scène toute entière. Et quand Peaches fait son show, elle nous en met plein la face. Au sens
propre, comme au figuré. Jusqu’à éjaculer littéralement sur le public, en
Changements de costumes multiples, tous plus extravagants les uns actionnant une pompe nichée dans son gland de plastique boursouflé…
que les autres, chorégraphies, utilisation d’accessoires, petites saynètes
comiques, elle utilise et maîtrise tous les rouages du music-hall. On Vaginoplasty, le sujet est assez improbable mais vraiment symp-
quitte la dimension du seul concert pour intégrer celle d’un « Rocky tomatique du mal de notre temps, pourtant il semble que tu sois
Horror Peaches Show ». Dimension fantasque, kitch et débridée, où le la première à parler de ce sujet dans un morceau
sexe est omniprésent : coiffes en forme de vagin, simulation de plan
à trois avec ses danseuses, rayons lasers échappés des entrecuisses Oui, je trouve juste très triste que de jeunes filles pensent que c est
et bite translucide géante qui se développe au-dessus du public. cool d avoir le vagin parfait. Elles ne devraient pas se préoccuper de
ce que pensent les mecs parce qu’ils veulent juste s’insérer dedans
Peaches dit de ses shows qu’ils sont à son image, avec beaucoup [elle pointe son entre jambe du doigt] ils se fichent de ce à quoi
d’autodérision. Elle apparaît sur scène dans une boule géante de poils ça ressemble. J’ai lu des statistiques disant que plus de 200 % de
femmes ont subi cette intervention en Angleterre et ce, sans aucune
10 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 raison médicale.


Le second album de Schlaasss
ça défonce trop ta schneck comme un dauphin

dans un poisson mort, wallah


www.schlaasss.fr / Youtube : http://urlz.fr/51Ed © THOINE - http://www.toinebehind.com/
Vinyl - DIGIPACK - Digital


30 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

INTERVIEWARTISTE

G r‘eMBgADiRGlElrLIGpaIOofNrfti’n
Interview : Robin Ono INFOS : http://www.anti.com/artists/greg-graffin/

© DR Érudit et vétéran du punk rock, Greg Graffin se dresse À quel lieu se réfère Millport ?
parmi les figures les plus importantes de la scène
Punk Américaine. Avec plus de 37 ans et 18 albums Greg Graffin : Le titre se réfère à un lieu mythologique. Je voulais
à son effectif, le chanteur et membre fondateur de choisir un nom de lieu qui sonne très familier mais qu’on ne peut
Bad Religion ne montre aucun signe de relâchement, pas situer, un peu comme Springfield. Le choix du nom est aussi déli-
poursuivant son travail d’universitaire tout en pub- béré. La plupart des premières villes aux États-Unis se sont formées
liant ses livres entre les tournées qui l’emmènent autour de Moulins (Mills) sur des cours d’eau, ils étaient le cœur
industriel de la ville. 300 ans plus tard, l’industrie moderne a large-
chaque année aux quatre coins du globe. ment dépassé ces industries rudimentaires de l’époque et pourtant
En ce début d’année 2017, ce n’est non on trouve encore quelques vestiges de ces anciens moulins et de
pas un nouvel album de Bad Religion ces anciennes pratiques. Avec Millport j’essaye de comprendre cette
que nous présente le chanteur mais permanence, comment est-ce que ces choses persistent au temps. Je
un nouvel album solo. Poursuiv- trouve que c’est très pertinent à ma position dans le monde actuel
ant dans la veine de son prédéces- et mon âge. La musique pour lequel je suis connu est à présent un
seur, le dénommé Millport dévoile courant culturel mais il y a également eu beaucoup de changements
une nouvelle facette du musicien avec depuis le temps. Je trouve que Millport est une bonne métaphore
une série de dix titres marqués par pour cette forme de permanence.
l’héritage Americana et Blue-
grass des États-Unis. Est-ce donc un thème qui englobe l’album ?

En soi le style de musique même est basé sur ce thème. La roots
music comporte cette permanence. Par définition, c’est une musique
avec des racines profondes qui se fortifient au fur et à mesure qu’elle
se transmet de génération en génération. Cet album, comme le précé-
dent, est basé sur la musique qui m’a été transmise par ma famille.


© DR
© DR
“Avec Millport j’essaye de comprendre
cette permanence, comment est-ce que ces
choses persistent au temps. Je trouve que
c’est très pertinent à ma position dans
le monde actuel et mon âge.”

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 31


32 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


“le punk rock, Tu as sorti 3 albums solo, un à peu près tou les 10 ans avec respect parce que c’est “poli- Greg Graffin © Anthony St. James
est assez vieux pour depuis 1997. Pourquoi aussi peu d’albums comparés tiquement correct”, on les respecte
être perçu comme à ta carrière prolifique avec Bad Religion ? parce qu’il y a des raisons de base
une forme philosophique et éthique derrière.
de “roots music” C’est surtout une question de temps et de disponibilité. Ça n’a rien à voir avec la politique.
Avec l’âge je ferai peut-être moins de tournées mais pour Je suis toujours confus quand on me
C’est cette forme de tradition qui me semble nécessaire l’instant on reçoit toujours autant d’offres. C’est compliqué, parle du “politiquement correct”.
pour créer de la roots music. C’est presque ironique que le d’autant plus que mon travail universitaire et les livres que
style de musique auquel je suis associé, à savoir le punk j’écris m’accordent encore moins de temps pour faire des Tu fais usage assez rarement
rock, est assez vieux pour être perçu comme une forme de albums solo. J’espère que j’aurais encore l’occasion d’en de termes vulgaires dans tes
“roots music”. J’ai pu observer certaines des chansons que faire, j’en tire beaucoup de plaisir. paroles. Le dernier album de Bad
j’ai écrites il y a 35 ans se faire transmettre à une nouvelle Religion avait un morceau qui
génération. C’est un phénomène fascinant. Un des termes les plus récurrents dans l’actualité est s’appelle Fuck You, (qui existe
celle du “politiquement correct”. Alors que les mu- également en version “clean”).
Est-ce que tu avais l’idée de ce son en tête depuis le siciens dans le punk jouent sur cette ligne avec leurs Quel est ton regard sur ton usage
début de l’écriture ? textes, tes paroles ont toujours gardé de la distance de la vulgarité dans tes textes ?
à l’égard de discours polémistes et provocants. Est-ce
J’ai écrit 9 des 10 chansons sur Millport, sur Cold as the une forme de rejet délibéré ou plutôt le résultat de ton Je pense que quand j’étais plus
Clay j’en avais écrit que 5 sur les 11. La production est style naturel d’écriture ? jeune c’était moins toléré. J’étais
plus présente sur cet album, Brett Gurewitz avait une idée juste un gamin qui voulait faire le
claire de ce qu’il voulait niveau production. On a pu tester Je dirais que c’est un peu des deux. Ton observation est juste. rebelle, il y avait certainement un
le son sur l’album précédent avec Brett, vu que les titres Nous n’avons jamais été ouvertement politiquement engagés. peu de ça. Sur le dernier album,
que j’avais écrits avaient une formation complète. L’album Il faudrait que tu parles à mon co-auteur Brett Gurewitz pour Fuck You était un bon exemple où on
a une plus grosse production que la musique traditionnelle, une réponse plus exhaustive, on a nos divergences sur la adressait les réalités philosophiques
un peu dans la veine de ce qu’on appelle “country Rock”, question. Ceci dit, je pense pouvoir affirmer en mon nom derrière le slogan “Fuck you”. La
popularisé par les enregistrements de Laurel Canyon à Los ainsi qu’au sien que la caractérisation de Bad Religion en chanson questionne la validité de
Angeles dans les années 1970. tant que groupe “politique” est erronée. On s’est toujours l’expression et fait remarquer son
intéressés à des sujets plus philosophiques, des questions usage un peu pavlovien. On s’est
Sur le premier titre j’ai noté un type de langage intemporelles qui dépassent beaucoup d’évènements servi des sciences pour expliquer
qui ne serait pas passé dans une chanson de Bad politiques. Ce qui est populaire à une certaine période pourquoi “Fuck You” est un atout
Religion, comme “Now the years flew by so swiftly ne doit pas entrer en jeu dans ces questions plus larges. précieux dans notre culture. D’un
and I can’t say they was kind”. Si tu sors une chanson qui s’appelle “Fuck Trump”, ça va autre côté, ça peut aussi te causer
sonner un peu con dans 5 ans quand il sera destitué ou beaucoup d’ennuis (rire).
C’est très bien vu. Tout ce que je peux dire c’est que pour je ne sais quoi (rire). Ça ne fera pas de superbe morceau
ma famille, plus particulièrement du côté de ma mère, cette intemporel. Je crois qu’on s’est toujours engagés à creuser Pour rapidement évoquer
manière de parler est plutôt répandue. La famille du côté sur ces questions, pour écrire des chansons qui pourront l’actualité récente des États-Unis :
de ma mère vivait dans les contrées rurales d’Indiana et être transmises à travers les générations, des contributions qu’as-tu retiré des évènements
c’est comme ça qu’on parle là-bas (rire). Il y a beaucoup dans la culture musicale punk. récents depuis novembre dernier ?
de ça. Sur Echo on the Hill je dis “We’ll soon be warshed
in the light of a new day”, parce que du côté de mère on Est-ce que tu crois au “politiquement correct” ? C’est terrible pour la démocratie,
dit “warsh” (rire). Ils ajoutent un “r” à “wash” (laver). T’as mais il y a eu des précurseurs à
sûrement raison, ce genre de langage ne finirait pas sur Il y a une différence entre “politiquement correct” et “phi- ces évènements depuis des années.
un album de Bad Religion. Ceci dit, ce sont les éléments losophiquement correct”, tu vois ce que je veux dire ? Je me
stylistiques d’un certain genre qui le font avancer. Les suis toujours tenu à l’écart du concept du “politiquement
conducteurs d’un certain style de musique se trouvent correct”. En d’autres termes, on ne traite pas les femmes
aussi dans la prononciation.

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 33


Click to View FlipBook Version
Previous Book
Tisbury Town Report 2016
Next Book
2016_wku-pbs-npr_CPBreport