The words you are searching are inside this book. To get more targeted content, please make full-text search by clicking here.

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Discover the best professional documents and content resources in AnyFlip Document Base.
Search
Published by Atypeek Mag, 2017-04-06 12:14:26

Atypeek Mag N°2

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Keywords: Graphic Arts,Design,Music

ALBUMS

Date de sortie : Date de sortie : Date de sortie :
30/11/2013 2017 04 /11/16

Durée : 00:37:08 Nationalité : US Durée : 27 min
Nationalité : FR Styles : Nationalité : US
Styles : DRONE / Styles : grunge /
EXPERIMENTAL / Garage Rock
metal
METAL Ty Segall
Ty Segall (Drag City) Tad
Pore God’s Balls (Deluxe Edition) (Sub Pop)
Vous vous souvenez de Manipulator ? Oui, forcé-
Dorsale (Atypeek Music/Permis De Construire) ment. C’est ce moment où Ty Segall avait décidé 1987, Seattle, une figure de la scène rock locale bosse
de s’approprier une bonne partie des derniers qui, dans son coin, il s’appelle Tad Doyle, il est boucher
Si Davy Jones Locker bénéficie encore d’une belle jusque-là, étaient parvenus à résister son charme. et son quintal ne passe pas inaperçu. Il apporte
aura dans le milieu Indé, et à juste titre d’ailleurs, ses démos au studio Reciprocal où Jack Endino a
je trouve le projet solo de David Valli bien plus C’était alors une synthèse parfaite du talent du enregistré le Screaming life de Soundgarden et le
fascinant. bonhomme. Une énergie vorace, un sens affûté de Dry as a bone de Green River. Un single composé
la mélodie qui tue et une pointe de sensibilité déjà de deux titres, “Ritual device” et “Daisy”, sort chez
Dans Pore, tout respire le minimalisme industriel : démontrée dans l’étonnamment apaisé Sleeper. Sub Pop, le label local qui a signé les deux groupes
la photo, le nom des titres, de l’album, du groupe, Et puis, après être parvenu à concilier les fans de précités et qui, en ce 1er août 1988, sort également
la musique, tout est caractéristique d’une époque la première heure tout en séduisant de nouveaux un single de Mudhoney. La mayonnaise prend et
où “Métal Industriel” ne signifiait pas d’adopter un adeptes, Ty avait décidé de tout balancer aux or- ils retournent en studio pour enregistrer un premier
look Cyber Punk ridicule pour plaquer trois accords ties. Sur Emotional Mugger, il faisait plus de bruit album qui sort en mars 1989 : God’s balls. Cet album
sur sa guitare en arborant un visage grimaçant que jamais pour la plus grande joie de certains était devenu une rareté quasi introuvable, comme
derrière un masque à gaz. vieux fidèles mais au grand dam d’autres (dont je les autres disques Sub Pop, ils sont aujourd’hui
suis) déplorant que l’excès d’énergie, la volonté réédités. En bonus sur ce premier album cultissime,
Ces trucs-là, c’est le décorum moderne qui cache d’en foutre partout eût nui à l’efficacité de ses on a le fameux single et même une version démo
trop souvent de la merde en barre, des mecs qui compos. Un an après, Ty Segall revient, flanqué de “Tuna car”. En plat de résistance, on a donc
kiffent l’esthétique SM et qui doivent apprécier de de son équipe habituelle (Mootheart, Cronin…), et cette première œuvre de Tad avec ce chant gueulé
se mettre un doigt dans le cul après une soirée délesté de King Tuff présent sur Emotional Mugger. souvent mal tenu, une batterie sur laquelle on
tofu – vodka caramel, parce que c’est samedi et Après cette parenthèse désenchantée, le voilà avec frappe fort, des riffs hachés, un son de distorsion
qu’on fait les fous. Ceux-là on n’en parle pas telle- la véritable suite de Manipulator. C’est-à-dire du bien crade, bref, une collection de titres pas sexy
ment ils font pitié. garage tantôt versant punk tantôt versant folk, pour deux sous, carrément poisseux, ni à du punk.
mais toujours délicieusement pop. Donc le Ty récite En 1989, le mot à utiliser est celui qui colle à la
Dans les 90’s, faire du Métal Indus, cela avait un ses gammes. Mais après l’ouverture classique et peau de Green River : grunge. 15 jours après avoir
sens, une esthétique sociale de prolo encagé dans efficace (« Break A Guitar », bien fuzzy comme il édité un split single Tad/Pussy Galore, le 15 juin Sub
l’urbanité délirante. Et que tu t’appelles Godflesh, faut), le menu se révèle bien copieux. « The Only Pop met sur orbite un autre groupe qui sort aussi
l’influence la plus évidente de Pore, Treponem Pal, One » et ses grattes indomptées qui n’en font qu’à un premier album : Nirvana qui est allé enregistrer
Proton Burst ou M. Pheral, il était inconcevable de leurs cordes, l’épique « Warm Hands (Freedom Bleach chez Endino… Et tout ce que tu entends sur
pratiquer ce style pour la hype. Returned) », véritable morceau de bravoure. 10 ce Bleach est déjà sur God’s balls, certes Tad n’a
minutes sous le capot. La punkette « Thank You Mr. pas un “About a girl” pour draguer mais pour le
C’était sale, répétitif, hypnotique et je crois qu’en K », la folk « Orange Color Queen » qui sonnerait reste, on en est assez proche. Non, le groupe de
France c’est bien David Valli qui a porté le concept presque comme du Elliott Smith sur son refrain. La Kurt Cobain n’a rien inventé… Pouvoir facilement se
jusqu’à son extrême. très pop « Papers », avec même du piano dedans ! procurer ce premier opus de Tad aujourd’hui permet
Le père Segall se transforme même en vieux briscard donc de remonter le temps et de se replonger dans
Seul avec sa guitare et des machines, Dorsale s’écoute du blues (« Talkin »)… Il y aura toujours matière à une époque et une ambiance particulière, de revivre
aujourd’hui avec le même esprit de déshumani- pinailler, à dire que le Ty est ici parfaitement calé le tournant des années 90 avec ces jeunes groupes
sation qu’en 1992. Ni le style ni le propos n’ont dans ses souliers faisant exactement ce en quoi il qui ont enterré les années 80 et transformeront
vieilli pour qui aime l’épuration maximale (un ou excelle (c’est-à-dire à peu près tout, vous l’aurez bientôt le monde musical sans forcément le vouloir.
deux riffs par titres), les mids tempos agressifs et compris). Si on veut faire preuve d’un minimum Cette réédition est un petit miracle. Parce que oui,
cette approche musicale tellement représentative d’objectivité, on signalera que son domaine de les beuglements de “Behemoth”, les déchirements
des années 90. prédilection, reste de faire de sacrés bons albums. inaudibles de “Cyanide bath” ou la pseudo-mélodie
de “Hollow man” font partie de l’histoire du Rock.
Bien sûr Dorsale est un disque répétitif, dénué de I IEt en voici un de plus.
mélodie mais son atmosphère est unique (“Radius”) ✎ JL www.exitmusik.fr http://urlz.fr/53pe I I✎ Oli www.w-fenec.org http://urlz.fr/53pW
et, au final, lorsque ce style est joué ainsi, je crois
que c’est l’un de mes favoris : inexorable, dénué ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 55
d’âme, ne visant qu’à exprimer froideur et vide.

I I✎ Arno Vice www.xsilence.net http://urlz.fr/53oR


ALBUMS Date de sortie : points communs avec ses deux prédécesseurs et
28/02/2017 pourtant tout l’y ramène. Il y a vraiment une logique
Date de sortie : lorsqu’on écoute les trois à la suite. L’électro, sur
20/01/2017 Durée : 00:34:48 Artisan, a tout envahi mais n’a pourtant pas effacé
Nationalité : Nationalité : FR le reste. La guitare reste angulaire et on retrouve
FR Styles : electronic / bien la syntaxe si particulière du groupe. La voix,
Styles : french electro / jusque-là pleine de morgue et un brin déshumanisée
INDEPENDANT à certains moments, à poil et presque susurrée à
ELECTRO / Indie d’autres, a laissé tomber le mégaphone et avance
HEMS ARTISAN (Atypeek Music) désormais sans artifices. Stigmate d’un très prolixe
Margaret Catcher monologue intérieur, elle balance ses mots taillés
Singularity (Pied De Biche /Tandori / Atypeek) On ne saurait trop dire ce que l’on entend. Post-punk au scalpel sur un ton généralement monocorde et
singulier ? Électro balbutiante ? New Wave déviante ? désabusé. Le climat général s’est largement apaisé
J’avais découvert ce duo particulier par le biais de Une forme de blues occidental et urbain ? Un peu mais les morceaux n’en restent pas moins étranges.
Güz II, avec qui ils avaient fait tournée commune. tout ça et bien plus sans doute. Peu importe, ce Tour à tour résignés (Tu L’Auras) ou plus écorchés
Bien épaté par ce duo basse/batterie/vocoder, et que l’on sait, c’est qu’Artisan va nous accompagner (Ma Carte À Puce ou Statique), en permanence
surtout très intrigué par la bague magique de Xa- longtemps. Et donc, il y eut Hems. Passé sous les coincés dans un clair-obscur particulièrement
vier qui émettait des sons à l’envi, sans que j’en radars de l’époque - 90s’ balbutiantes, mais admin- chiadé, ils parcourent le bitume sans but précis
comprenne le fonctionnement. Il avait bien tenté istrant une belle claque aux quelques oreilles qui mais avec élégance et dessinent un itinéraire urbain
de m’expliquer cette magie autour d’une bière au s’y arrêtèrent. Pochette rose bubble gum, une vis abstrait sous un ciel de traîne lourd et poisseux. La
Petit Bain, mais comme ce n’était pas la première ronéotypée en plein milieu. Plus ou moins ce que balade est sombre, les idées rejoignent le moral
je vous avoue n’avoir pas tout saisi. D’un côté c’est provoquait le disque. Noise rock déviant qui payait dans les chaussettes et le propos tranche avec
pas plus mal, c’est toujours bien de garder un peu certes le tribut obligatoire à son époque mais n’en une musique pour le moins sèche et introvertie.
de mystère, comme quand on voit Yasuko Onuki de restait pas moins ultra-personnel. Ça s’appelait Certes, Hems a lissé ses échardes et abandonné
Melt Banana agiter son espèce de dictée magique Idreamtiwasmyowncage et ça s’insinuait dans ses banderilles soniques mais les morceaux, ainsi
miniature lors des concerts. Après un premier Ep en l’encéphale à grands coups de tournevis tête plate. mis à nu, résonnent encore d’une trouble et morne
2012 (“2 guys 1 CPU”, en référence à ce que vous Plus tard vint Lourd Comme L’Air et déjà, le groupe vibration étonnamment palpitante. La basse s’en va
savez) deux autres en 2015, voilà donc Singularity, était ailleurs. L’électro, déjà présente, s’insérait plus souvent explorer les tréfonds, à l’image des ondes
le tant attendu premier album de Margaret Catcher. avant dans l’équation et apportait son souffle malsain. moribondes habillant le très ténu Comme Tombé Du
Le ton est donné dès le premier titre, on est comme L’air encore plus irrespirable, oppressant alors même Ciel par exemple, l’ossature synthétique semble la
dans un croisement improbable, quelque part entre que les compositions desserraient leurs mailles. plupart du temps à l’agonie mais refuse pourtant
une B.O. fantasmée de 2001 l’odyssée de l’espace, La même couleur uniforme en arrière-plan, le rose de capituler et tatapoume/tintinnabule à qui mieux
mais dans l’esprit du Batman de 1966. On visualise cédait devant le gris accablé, la même iconographie mieux (Écarte-Toi en ouverture, La Nuit Noire plus
bien une filature peu discrète en batmobile “Emer- ronéotypée si ce n’est que le dessin bleu laissait loin ou encore Ma Carte À Puce), la guitare recouvre
gency”, une rencontre avec des robots dansant le ici sa place à quelques lettres noires. Mais c’était l’ensemble de sa belle élégance. Elle ne s’énerve
smurf sur “New Transe” ou une scène de bagarre cohérent et ce fut la fin. Ça aussi, c’était cohérent. jamais mais construit un réseau sec et hypnotique
en collants sur “Zouki Zouki”. Avec ses sonorités La trajectoire était bien celle d’une implosion et dans dont il est bien difficile de s’extirper. C’est tout à la
parfois proche des jeux vidéos (le bien nommé “Alex une sorte de Big Bang à l’envers, Hems avait fini fois très cérébral et complètement spontané, Hems
Quid”), ils se jouent des conventions et assimilent par se recroqueviller en lui-même. Fin de l’histoire, taille à la serpe dans l’écorché et pose ses tripes
d’une certaine manière le math rock, le punk & un deux témoignages sonores qui réintègrent encore la sur la table jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un
second degré évident, qu’on pourrait ranger dans la platine aujourd’hui et le petit culte personnel tenace squelette dont la force demeure pourtant intacte.
case fun-punk tant leur musique peut faire vriller le qui leur est associé. On ne savait pas grand-chose
cerveau le plus terre à terre, pour peu qu’il se prête du groupe. Tout au plus qu’il venait de Thionville et Cette fois-ci, c’est le noir qui habille l’arrière-plan.
au jeu. Un dernier interlude et ils nous proposent qu’il comptait quatre membres : Alexandre Becker, Une croix rouge s’en détache en même temps que
une revisite de “TER”, beaucoup moins énervé que la Pierre Kremer, Vincent Ramseyer et Manuel Tichy. les capitales d’imprimerie. Les pensées sombres et le
première version disponible sur l’EP du même nom, C’est peut-être bien pour ça qu’on ne savait pas non sang, mis en exergue par une architecture chiche qui
mais pas moins intéressante. C’est pas simple pour plus que Lourd Comme L’Air eut une suite. Enfin, pour suggère beaucoup. Ainsi, après Lourd Comme L’Air,
un groupe tellement visuel de transposer cette folie tout dire, personne ne l’a su et l’histoire d’Artisan Hems était loin d’avoir tout dit et quels que soient ses
douce sur disque. Sur Singularity, on a l’impression est un brin rocambolesque. L’album fut perdu puis habits, il restait également pertinent. On ne saurait
qu’ils le font sans vraiment se poser de questions, retrouvé bien après dans les archives du studio trop remercier Atypeek Music d’avoir exhumé cette
on sent bien les titres créés sur scène mais ils pas- où il avait vu le jour, produit par Yves Baudhuin perle bien noire qui, un paquet d’années plus tard,
sent haut la main le passage sur disque, une belle (aka Duke, des industriels belges Noise Gate) qui garde la même pertinence. Très actuel, Artisan s’en
occasion de découvrir ce duo de rock augmenté, y tient d’ailleurs la basse à l’occasion puisqu’à va rejoindre sans discussion possible ses deux aînés
histoire de vous donner envie de les voir en live, et cette époque, Alexandre Becker est déjà ailleurs. sur lesquels le temps ne semble avoir aucune prise.
de découvrir les secrets de cette bague magique... La mue s’est poursuivie. Artisan n’a que peu de
I IMagnifique.
I I✎ X Lok www.xsilence.net http://urlz.fr/53q1 ✎ Leoluce www.indierockmag.com http://urlz.fr/53q4

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 57


RETROUVEZ TOUT LES GRANDS CLASSIQUES
DU FREE JAZZ FUTURA MARGE

s ur W W W. f ut u r a m a rg e . ba n dc amp. c om - Di s poni bl e en CD ou DIGITAL


AL’TARBA

La nuit se lève

« Album kaléidoscopique où de multiples horizons

s’agrègent dans un même carcan obscur et radical, « La
Nuit Se Lève » donne de la nuance à la scène abstract hex-
agonale, quand de nombreux producteurs s’enlisent dans
la nostalgie. Le contenu de ce nouveau projet risque de
diviser, notamment à cause de la ballade violente dans
laquelle il nous emmène, de l’impétuosité des rythm-
iques et de la densité du mix. Les références dans les sam-
ples et dans les titres sont assez jouissives lorsqu’on
en décerne la provenance, mais resteront sans effet
sur celles et ceux qui n’ont pas les clefs nécessaires
pour en trouver l’origine. Une chose est cependant cer-
taine : on ne restera pas de marbre une fois ce riche univ-
ers dévoilé à nos oreilles, avec un travail sur l’ambiance

et les mélodies d’ores et déjà mémorable.»

indie music
84 ATYPEEK MAG #01 OCT./NOV./DEC. 2016


http://www.iotrecords.org/al-tarba

«Plus
électro
que Wax
Taylor,
moins funk
que
Doctor L,
le Toulou-
sain creuse
son propre
sillon
et trouve
un juste
équilibre
entre
abstract
hiphop et
featurings
efficaces»

TRAX

NOUVEL ALBUM
3 mars 2017

© Amás Mészáros


instantanés des copains/Copines

www.instagram.com/atypeek/
www.instagram.com/schlaasss/
www.instagram.com/dookoom/
www.instagram.com/ultrapanda/
www.instagram.com/duretdoux/

www.antoine44nantes.book.fr ©Antoine Gary - Merci à Angélique

86 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


VIDéoclipS PAR LéA VINCE

ARTISTE : CHRISTEENE RÉALISATEUR : MATT LAMBERT LIEN CLIP : http://urlz.fr/52qQ

et sans crier « GARE » tout le monde fait tomber
le pantalon et se retrouve en slip ou justaucorps
en latex multicolore à danser furieusement sur la
musique endiablée. Joie de vivre et petit culs bien
moulés entre le rayon des légumes et des produits
laitiers, je n’ai rien à ajouter, je retourne danser.

✎ Léa Vince

Galantis - peanut Butter Jelly Rammstein Et oui la culture musicale allemande ne s’importe
http://urlz.fr/52qR pas vraiment en France. Pourtant Louane et Zaz sont
Mein Land - http://urlz.fr/52qS très connues en Allemagne, allez savoir pourquoi.
Vous savez quoi, je vais jouer carte sur table, plus
de mensonges. Je vous dévoile aujourd’hui un petit Si je vous dis musique allemande, vous me répondrez Avant de vous parler du célébrissime groupe de
plaisir coupable musical, ne mentez pas, nous en certainement (tristement) Tokyo Hotel, Nena, mais métal j’aimerais préciser que j’écris cet article sur
avons tous. Certains moins glorieux que d’autres peut-être aussi la chanteuse de 99 Luftsballons, le sol allemand, je suis une chroniqueuse qui prend
mais là n’est pas le problème. Galantis – Peanut peut être Nina Hagen, Einstürzende Neubauten, ses rubriques à cœur, voyez-vous.
Butter Jelly est une chanson sur laquelle je suis Caspar Brötzmann et enfin Rammstein.
tombée par pur hasard sur Youtube et il se trouve Le groupe est donc plutôt connu pour leur musique
que CETTE CHANSON EST PUREMENT GÉNIALE. Je métal industrielle légèrement provocatrice. Pour
m’enflamme peut-être un chouia mais cela n’enlève le clip de ‘Mein Land’ (Mon pays) on plonge dans
rien au fait que Peanut Butter Jelly est une chan- l’univers Beach Boys des années 60 et le moins qu’on
son « feel-good » ultra-énergique qui me donne puisse dire c’est que ça dépareille avec la musique.
toujours une folle envie de danser. Pour résumer
le clip, nous nous trouvons dans un supermarché ✎ Léa Vince

88 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


VIDéoclipS PAR LéA VINCE

Die Antwoord des « phénomènes repris et décliné en masse sur Ça me rend un peu nostalgique d’écouter Boys
Internet » par le biais de photo, gif, vidéo, etc. Ce Noize, vous voyez c’est l’un des premiers artistes
Banana Brain clip est si drôle visuellement. que j’ai découvert il y a de ça quelques années
http://urlz.fr/52qU lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’univers
✎ Léa Vince électro… oh attendez je raconte encore ma vie,
J’aimerais ouvrir cet article par un point prononcia- désolé. Boys Noize, le DJ/producteur allemand a sorti
tion, parce que ce débat a agité plusieurs de mes JUSTICE – FIRE son dernier album « Mayday » en mai dernier. 2019
soirées auparavant. Allez c’est gratuit. On proscrit http://urlz.fr/52qW Après J-C, dans ce clip légèrement futuristique, nous
tout de suite la prononciation à l’anglaise, on se Oyé Oyé Justice est de retour, Vive Justice ! Le groupe suivons les aventures d’un jeune couple arpentant
détend et on répète après moi ; Di ANT-wou-rde. français à la vibe électro la plus fraîche est de retour les rues de Mexico city. Un clip ou l’amour vogue
depuis fin 2016 et ça a fait grand bruit. Dans Fire, entre monde réel et virtuel. Ce fut un coup ce cœur
Revenons à nos moutons, sachez que j’aime Die titre extrait de l’album Woman, sorti en décembre musical instantané (comme les nouilles asiatiques)
Antwoord. Beaucoup. Autant pour leur musique dernier, le groupe se fait plaisir et invite Susan pour ma part, c’est si doux et dynamique à la fois.
démente que leur univers perché. Die Antwoord Sarandon ni plus ni moins. Le clip tout entier est
sont des aliens de la planète ZEF (le style musical un véritable hommage au film Thelma et Louise, ✎ Léa Vince
qu’ils ont eux même crée) venu pour te retourner remplacez juste Thelma (Geena Davis) par le duo
le cerveau et te faire chanter le meilleur yaourt de français Gaspard Augé et Xavier de Rosnay. Anarchist Republic of Bzzz
ta vie, perso je n’ai pas fait Afrikaans LV3. Retour vers le passé dans un univers visuel on ne peut « Respect the Eye »
plus 80’s. Susan Sarandon, 70 ans tout de même, est http://urlz.fr/52qZ
Le groupe est de retour depuis septembre dernier tellement badass dans ce clip, conduisant cheveux On part ici sur une expérience musicale totale,
avec un nouvel album « Mount Ninji and Da Nice au vent un vieux bolide décapotable et sillonnant autant musicalement que visuellement. L’univers
Time Kid » dont Banana Brain est extrait. les chaudes routes californiennes. visuel du groupe Anarchist Republic of Bzzz signé
Susan Sarandon est plus cool que votre grand-mère par l’artiste Kiki Picasso est étrange, coloré et en
Nuit de débauche pour ¥olandi et Ninja sous le et sûrement la mienne d’ailleurs. Justice ne nous somme un peu fou. Le clip est vraisemblablement
signe de la banane. Yolandi, cette petite friponne, déçoit que rarement, et ce nouvel extrait ne fait pas constitué de nombreux extraits de publicités, clip
refile une bonne douzaine de somnifères à ses exception, ils nous offrent un bon vieux son électro- musicaux et drama asiatiques.
parents, subtilement dissous dans une bonne tisane pop disco toujours autant sucrée et dynamique, ça Un drama est une sorte de soap opéra un peu,
du soir, tout ça pour pouvoir faire la bringue en réchauffe mon petit cœur froid d’hiver. voire carrément, kitsch mais version coréenne en
toute quiétude. Die Antwoord nous emmène dans majorité. Sous la patte de Kiki Picasso, l’effet rendu
un bad trip techno déchaîné. Honte à celui qui ne ✎ Léa Vince est très saturé mais étrangement hypnotisant, je
bougera pas sa tête de manière frénétique d’avant vous laisse découvrir par vous-même.
en arrière en écoutant Banana Brain. Boys noize Musique expérimentale avec une pointe d’univers
2 Live - http://urlz.fr/52qX ‘musique du monde’, les Anarchist Republic of
✎ Jonathan Allirand Encore un artiste allemand, je vous ai dit que Bzzz sont comme le nom de leur groupe, unique.
j’aimais bien l’Allemagne ? Bien beau pays malgré
The Shoes - Drifted les préjugés. Enfin nous ne sommes pas là pour ✎ Léa Vince
http://urlz.fr/52qV parler de ma vie.
ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 89
Donnez au groupe The Shoes un ordinateur portable
Mac et un accès internet, cela suffira pour qu’il
vous sorte un petit clip bien chaud pour le titre
Drifted. OKAY ce clip ne date pas de la dernière
pluie mais les piqûres de rappel ne font jamais
de mal à personne. Drifted est une petite bombe
musicale explosive avec un beat battant et net
mais mélodieusement accompagné de la douce
voix d’Ambroise Willaume. Je n’arrive pas à me
décider sur mon avis concernant cette vidéo, pur
génie ou pure flemmardise ? Probablement un peu
des deux. Ce clip c’est la foire aux mêmes. Pour les
plus de 40 ans qui ne suivent plus trop l’évolution
d’Internet depuis Windows 95, les mêmes sont


90 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

Le Design
et plus encore…


Click to View FlipBook Version
Previous Book
Tisbury Town Report 2016
Next Book
2016_wku-pbs-npr_CPBreport