The words you are searching are inside this book. To get more targeted content, please make full-text search by clicking here.

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Discover the best professional documents and content resources in AnyFlip Document Base.
Search
Published by Atypeek Mag, 2017-04-06 12:14:26

Atypeek Mag N°2

Magazine collaboratif d'Atypeek (Musique - Mode - Design - Tattoo - Cinéma - Geek - Sub Culture - BD...) www.atypeek.fr

Keywords: Graphic Arts,Design,Music

Article par :

TATTOOISME 3, ce n’est pas moins d’une centaine d’artistes pré-
sentés, de tous styles, de toutes générations, de tous horizons, avec
chacun une histoire, leur histoire, à laquelle se mêle aussi la nôtre,
comprenant notre évolution et notre propension à aimer ce que
nous faisons… et inversement ! Dans ce volet, Tattooisme aborde et
présente du tatouage pur, des travaux artistiques de plusieurs géné-
rations de tatoueurs, et, de ce fait, l’évolution du tatouage lui-même.
Des découvertes, des talents émergents, de nouvelles directions et
d’autres aspects plus traditionnels du tatouage d’aujourd’hui défilent
dans les pages de ce nouvel ouvrage. Tattooisme va au-delà du
simple objet collector : c’est l’envie et le besoin de créer, de s’expri-
mer et de s’affirmer qui priment, à travers les œuvres des artistes
présentés dans chaque ouvrage, autant que dans la démarche des
auteurs eux-mêmes, qui avancent dans un processus de création aux
multiples têtes chercheuses. Ici nous vous proposons une sélection
de l’ouvrage pour une pré-immersion au sein de ce nouvel opus de
l’aventure Tattooisme ! Viva la Tattooisme Army !

Chris Coppola et Frédéric Claquin, Paris, avril 2015

— Fred Inhvader —

INKVADER 7
Sète, France
Fred est né à Paris, il vit et travaille dans le shop qu’il a monté, Inkvader 7… à Sète,
dans le sud de la France. Seize années de métier avec lui, Fred pratique le built
to last ! : « construit pour durer ! » C’est le style de tattoo qu’il défend, des pièces
solides qui durent dans le temps, aux tracés et contours épais avec des couleurs
bien rentrées, bien plantées. Alimenté par l’adrénaline du skate, qu’il pratique
toujours avec ses deux garçons, comme par le skate art, imbibé de musique et
de l’univers graphique qui en découle — le P-Funk de Funkadelic, le hardcore
urgent de Negative Approach, la pop électrique et acidulée de Ween —, Fred se
nourrit de ce qui l’a construit, il prend, utilise et redonne. Son style dominant
est le tatouage japonais, car c’est celui qui s’adapte le mieux au corps, il laisse
un grand nombre de possibilités tant graphiques que symboliques et permet
quelques détournements. Pour autant il ne rejette pas certains autres genres, qui
eux aussi ont la capacité de donner un meilleur rendu une fois porté. Plus réservé
qu’exubérant, Fred s’exprime au travers de ses tattoos, de ses dessins et de ses
peintures. Ses remerciements vont à Boris Inkvader et à ses deux fils : Elliot et Téo.

TATTOOÏSME N°3 - Découvrez plus d’artistes sur : www.tattooisme.com


— Fred Inhvader —

INKVADER 7
Sète, France

110 ATYPEEK MAG #01 SEPT./OCT./NOV. 2016


Article par :

TATTOOÏSME N°3 - Découvrez plus d’artistes sur : www.tattooisme.com


Article par :

BBraliecyedier :

créateur de Arkaïc
Skateboards Aujourd’hui, nous vous

présentons le travail
de Brice Baleydier,

un shaper Lyonnais, expert en matériaux
et procédés de fabrication. En 2010, il lance
son projet de création d’un atelier de fabrication
éco-responsable, lié au design, sports de glisse
et à la com créative.

112 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


© Cloud Pictures - www.facebook.com/CloudPictures1


114 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

INTERVIEW


Article par :

© DR ©DR circuit court. En second lieu, c’était de montrer que l’atelier La motivation
est ouvert d’esprit et qu’il y a de la place pour des projets première
un atelier de fabrication dans les sports de glisse et la création. Je fais beaucoup a toujours été
éco-responsable, de prestations aussi. Notamment, l’usinage de noyaux de de montrer
lié au design, wakeskate, la fabrication de moules, de pièces pour le ski, que l’on peut
sports de glisse la réparation de planches à voile et surfs, etc.… Et pas mal faire un
de référents viennent me chercher pour mes compétences skateboard
Salut Brice, peux-tu nous présenter Arkaïc ? artisanales, la dynamique et la discrétion de mon concept. Made In
Brice : Arkaïc Concept est un projet qui est né début France…
Et aujourd’hui, qu’est-ce qui t’inspire pour créer ? aussi résistant
2010. Le premier atelier « professionnel » de conception qu’un skate-
est arrivé en 2012 grâce à l’aide de pas mal de copains Brice : Mon inspiration vient de mon respect de board
et depuis 1 an, l’entreprise et l’atelier ont élu domicile à la culture skate et de la board culture en général. C’est américain
Caluire. J’interviens de la conception d’un produit jusqu’à important pour moi de garder ses codes, ils sont moteurs.
la production en passant par le prototypage, le tout en Et je les amène au local, en ironisant l’artisanat avec des À SAVOIR
étant le plus éco-responsable possible. visuels subtils et des noms de produits qui laissent pas-
ser mon message. En gros, je fais un produit de qualité Arkaïc-Skateboard
Pourquoi t’es-tu mis à faire des planches de skate ? et « made in France » mais qui ne se prend pas trop au
Brice : Par passion avant tout, mais l’idée de base, sérieux : parce que le skate c’est fun quand même. L’atelier propose également
une marque propre de
c’était de faire d’Arkaïc Concept un atelier multiglisse Ce que je ne veux surtout pas, c’est rentrer dans la skateboards artisanaux
en faisant du cruiser bichonné, de la board de street et mode moustache / drapeau tricolor, skate / bobo, parce que dénommée « Arkaïc-
même des longboards. La motivation première a toujours c’est facile de se fondre dedans et de se faire cataloguer. AdSeRkFTarJeIaoCtsnenLsbcEaeeotnah&creadsénc»dAo,el-1clb0oi0onr%içaxunMlsdoacvadiauexdines
été de montrer que l’on peut faire un skateboard Made Je considère être un acteur du milieu et je ne souhaite pas
In France, avec des matériaux locaux, bien fait et qui sera entrer dans la facilité marketing et les tendances de la mode. dans une économie
aussi résistant qu’un skateboard américain ou chinois à circulaire.
prix équivalent, via un système d’économie circulaire et de

The Daily Board | Skate Art Magazine : www.thedailyboard.co/fr/


INTERVIEW

“J’ai l’impression C’est quoi ton dernier projet ?
de faire rêver des marques
qui me font rêver !” Brice : Mon dernier ou les derniers ! C’est assez divers
car je propose pas mal de prestations à mes clients. En ce
Est-ce que tu peux nous en dire plus sur ta démarche moment je développe un skateboard électrique dénommé
éco-responsable ? UNIKBOARDS, une planche qui pourra atteindre 60 km/sur
le plat. La première prod est en cours !
Brice : La construction éco-responsable est l’éthique
du projet. Elle implique des règles sur la maîtrise de la Sinon j’ai fabriqué les trophées du REDBULL BOWL
matière première, des déchets, sur l’utilisation des matériaux RIPPER à Marseille et je me suis fait un plaisir d’aller les
polluants etc.… Toute la matière première des skateboards livrer sur place et apprécier le spectacle. J’ai aussi dével-
vient d’un rayon de 350 km. Le bois vient des Vosges, oppé une longboard en collab avec l’association lyonnaise
la colle vient d’Alsace et le verni vient de Saint-Étienne. BOARDS OF MANGROOVE.
Une conception locale avec des produits locaux pour un
impact carbone minime. J’essaie aussi de mettre en place © DR © DR
un recyclage efficace de mes chutes des planches cassés.
Je vous en dirais bientôt plus !

J’ai vu que tu as un certificat éco-responsable !

Brice : En fait, il n’existe pas de certification pure
et dure, mais oui je me suis fait auditer pour connaître
mon impact et consolider ma démarche. Ça certifie que
mes planches composites sont à 95 % éco-construites avec
de la fibre de verre et des résines. Pas mal, non ? (rires)

Tu bosses pour Redbull, Globe, le Fise… comment est
né le partenariat avec ces grandes marques ?

Brice : C’est grâce au réseau et par des relations de
confiance qui se sont installées que j’ai eu cette chance !
J’ai l’impression de faire rêver des marques qui me font
rêver ! (rires) C’est hyper motivant de monter des projets
comme ça. De plus, j’ai l’impression d’apporter une dimen-
sion humaine à ces marques qui adhère à la philosophie
de l’atelier et font vivre la scène locale de plus en plus.

116 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


Article par :

© DR © DR

“La distribution elle est Revenons à tes boards, niveau distribution, comment Retrouvez
comme le concept : ça se passe ? The Daily Board
en circuit court ! En fait, sur Internet et suivez
je gère et sélectionne Brice : La distribution elle est comme le concept : en les sur Facebook :
les shops qui sont circuit court ! En fait, je gère et sélectionne les shops qui http://urlz.fr/51wS
revendeurs. J’essaye de gérer sont revendeurs. J’essaye de gérer au mieux entre l’atelier Arkaïc Concept :
au mieux entre l’atelier et la marque de skate pour équilibrer l’ensemble et garder http://arkaic-concept.fr
et la marque de skate pour la cohérence du projet. Pas mal de shop sur Lyon, un peu
équilibrer l’ensemble dans le sud et dans le centre de la France comme le Big
et garder la cohérence Skate and Ski, avec qui j’ai fait une collab !
du projet”
Certains magasins me demandent, alors je vais les
En fait je n’ai jamais qu’un seul projet. Là est peut- voir et j’avise, mais l’essentiel de mes ventes se font en
être la force de l’activité ce qui me permet de changer direct au showroom, lors d’évènements et sur internet.
constamment d’univers tout en gardant le plaisir comme
ligne de conduite. Le plus dur est de suivre la cadence, tout Tu dirais quoi à des mecs qui veulent se lancer, pas
en restant acteur milieu glisse mais j’espère être épaulé forcément dans la fabrication de skate, mais qui ont
très prochainement. Pour Arkaïc SKATEBOARDS il y a pas les couilles de faire un projet ?
mal de surprises qui arrivent…
Brice : Force et honneur ! Et après pour ma part,
c’est mon réseau qui m’a porté et motivé à faire ça ! Et là
on peut dire que je suis au-dessus de mon rêve de gamin !

The Daily Board | Skate Art Magazine : www.thedailyboard.co/fr/


Janv./Fév./Mars 2017

Antoine Gary- Photographe

LA GALERIE

ANTOINE, AMATEUR à NANTES
Interview original
Bonjour et merci beaucoup à Atypeek de m’accueillir sur ces quelques pages.
Mais GRAND MERCI surtout à toutes celles qui y sont présentes
avec qui nous partageons chaque fois ensemble de beaux instants de rencontres,

d’échanges, de rires et d’affection.
Je vous embrasse fort.

Je m’appelle Antoine, amateur sur Nantes. Pas d’autre ambition
que de me et vous faire plaisir. Il en reste ces quelques images toutes simples

et sans prétention. Juste des regards croisés, inattendus parfois,
souvent improvisés, complices toujours, sans calcul aucun…

Pardon à celles qui ne figurent pas ici. Une autre fois peut-être ?
Antoine

L’ensemble de mon book sur
http://www.antoine44nantes.book.fr/

Mon profil Facebook :
https://www.facebook.com/www.antoine44nantes.book.fr

Merci à Patrice Molle - 67 Poses - Nantes

118 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017


ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 119


140 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

Le Geek
C’est Chic


© DR Janv./Fév./Mars 2017

Valentin Blanchot - Journaliste

LE CAHIER
DES GEEKS AVISÉS

Marques & consommateurs :

les rituels à l’ère
du digital

IArticle Siècle Digital

Valentin Blanchot, Journaliste

ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 141


142 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

DIGITAL / Analyses

les rituels àMarques & consommateurs :l’ère
du digital

Rédaction : Siècle digital Rédacteur : Valentin Blanchot   INFOS : https://siecledigital.fr/

Depuis la découverte des traces laissées par les premiers © DR
Hommes sur la Terre nous savons que nous sommes
une espèce ritualisée. Peu importe l’ère traversée ou la Des rituels passés aux rituels
société analysée, l’amour, la mort, la vie, ou d’autres contemporains
moments clés sont ritualisés. Le rituel apporte un confort
(sous toutes ses formes) à l’Homme et intervient dans Les rituels tels que nous aurions pu les connaître jadis étaient d’abord
une situation à laquelle il prête beaucoup d’importance. poussés par des croyances. Pour les sociétés d’Histoire chrétienne, la
naissance est accompagnée par le baptême, l’amour célébré à travers
Notre société a considérablement changé depuis une le mariage, la mort par les funérailles. Chacun de ces rituels doit se
centaine d’années. Elle s’est transformée en séparant faire dans un contexte bien précis et en respectant un ordre bien précis.
la religion et le gouvernement, en créant des marques, S’ils sont encore bien présents de nos jours, nous ne croyons plus de la
ou encore en se connectant avec le reste du monde même manière. Notre vision des pouvoirs qui nous régissent a changé,
grâce aux nouvelles technologies. Cette transformation a et aussi notre façon de vivre ces rituels. À présent, il existe plusieurs
changé notre façon de vivre les rituels jusqu’à permettre façons de célébrer ces évènements clés. Si ces schémas étaient si im-
au numérique d’en créer plus aisément pour une cible portants à cette époque, c’est que la religion faisait partie intégrante
plus vaste.

Siècle Digital - Découvrez encore plus d’articles sur : www.siecledigital.com


Article par :

de la vie de tous les jours. Elle régissait les vies de la Si le monde physique sait exporter simplement les Dans ce sens, les échanges
naissance jusqu’à la mort. À présent, ce sont les marques rituels, c’est parce qu’ils sont d’abord culturels avant intercommunautaires ont per-
qui remplacent les religions dans les sociétés modernes. d’être communautaires. À l’inverse, le monde numérique mis de mettre en exergue des
Du levé au couché, de la naissance jusqu’à la mort, a su créer des rituels de marque, mais ceux-ci sont expériences communes dans
elles nous accompagnent. La balance du pouvoir se nés des communautés puis sont devenus mainstream. la consommation de marques,
serait-elle alors inversée en faveur du consommateur ? et par conséquent de créer
C’est ce que nous nous surprenons à croire. Pourtant Naissances des rituels des rituels.
c’est bien notre façon de consommer une marque qui de marque à l’ère du digital
crée le(s) rituel(s). Certains sont personnels, d’autres Si cet aspect théorique peut
sont populaires et traversent les frontières pour créer De la même façon que la culture des marques depuis paraître vague ou peut-être
des marques emblématiques. une centaine d’années a contribué à transformer notre bullshit, voici des exemples
manière de vivre les rituels. Internet apporte lui aussi de rituels de marques nés des
La manière ritualisée de manger un Oreo est un très son lot de changement. Comme dit plus haut, les rituels communautés sur Internet.
bon exemple. On en vient à dire que c’est la manière issus du monde physique ont été créés par la masse,
de manger le cookie qui importe, impliquant d’une sans liens communautaires. Internet depuis sa créa-
certaine façon que c’est le cookie en lui-même qui a de tion a d’ailleurs facilité la création de communautés
l’importance. Tout ça ne fera qu’élever la valeur perçue en effaçant les frontières. Aujourd’hui chacun d’entre
et susciter le désir chez le consommateur. De la même nous appartient à plusieurs communautés. Blogueurs,
manière, les « connaisseurs » de bières ajouteront geeks, runners, gamers, foodies, etc. Chaque person-
une tranche de citron dans leur Corona et apprécieront nalité est entremêlée d’une affinité plus ou moins forte
déguster la mousse justement dosée de leur Guinness. avec des communautés et les marques qui y sont liées.
Sans ces petits paramètres, on peut juger l’expérience À présent nous sommes beaucoup de consommateurs
de consommation ratée. identifiables dans une seule et même personne. Ce(s)
consommateur(s) que nous sommes a des lieux très
Enfin, nous connaissons tous la technique de faire divers pour échanger : les réseaux sociaux. Facebook,
un volcan de purée et mettre du jus à l’intérieur. Ce Twitter, LinkedIn et même 9GAG ont permis de façonner
mimétisme sera propulsé par Mousline et sa fameuse des cultures propres à un persona.
chanson. Le cinéma, la télévision et les publicités ont
popularisé les rituels liés aux marques avant l’apparition
des communications numériques. Si vous n’avez jamais
mangé d’Oreo, ou bu de Corona, vous savez néanmoins
comment faire. Vous avez aussi en tête une façon bien
précise d’aller chez Starbucks où vous pouvez lire
ou travailler après avoir récupéré votre latte-caramel
avec votre prénom écrit dessus. Plus largement, vous
êtes capables d’associer certaines marques à certains
évènements.

© DR
ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 143


144 ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017

DIGITAL/ANALYSE/CRéativité/Technologie

© DR Taco Bell et sa digestion© DR
© DR
Le Star Wars Day Si cette chaîne de fastfood est devenue si
populaire aux États-Unis, c’est avant tout
May The Force Be With You. Ou plutôt devrait-on dire « May 4th ‘grâce’ à la digestion de ses clients. Les
Be With You » pour célébrer la saga culte pendant le printemps. médias sociaux ont participé à populariser
Si l’histoire autour des origines de cette journée reste floue, la cet aspect de la fréquentation de Taco Bell.
première véritable journée de commémoration a été organisée en Nombreuses sont les personnes qui partagent
2011. L’expression a été empruntée à une célèbre phrase de 1979 ou illustrent leurs expériences après leur
félicitant Margaret Thatcher pour son élection en tant que Premier passage dans un des restaurants.
Ministre du Royaume-Uni : « May the Fourth be with you, Maggie. Si vous n’avez pas passé le stade anal, je
Congratulation ». La culture geek omniprésente sur Internet en 2011 vous invite à faire de plus amples recherches
aura permis à cette journée de devenir célèbre et de s’exporter. par vous-même.
Aujourd’hui, nombreux sont les marques ou les médias à contribuer
à cette journée avec chacun son clin d’œil à la série Star Wars.


Article par :

“Une soirée
Netflix & Chill
représente à présent
un binge watching
impliquant relation
sexuelle.”

« Netflix and chill »

Alors que Netflix est né en 2009 aux États-Unis, les
premières expressions liées à « Netflix & Chill » nais-
sent dans la foulée. À la base utilisée dans une phrase
et non comme expression, elle s’est popularisée pour
symboliser une certaine façon de consommer le service.
Une soirée Netflix & Chill représente à présent un binge
watching impliquant relation sexuelle.

© DR
© DR

Siècle Digital - Découvrez encore plus d’articles sur : www.siecledigital.com ATYPEEK MAG #02 JANV./FEV./MARS 2017 145


Click to View FlipBook Version
Previous Book
Tisbury Town Report 2016
Next Book
2016_wku-pbs-npr_CPBreport