The words you are searching are inside this book. To get more targeted content, please make full-text search by clicking here.
Discover the best professional documents and content resources in AnyFlip Document Base.
Search
Published by Association de la Rivière Magog Inc., 2016-12-08 16:07:43

Écho-Riverains Avril 2011

AVRIL 2011

Le journal des riverains de la rivière Magog Volume 11 No.8, Avril 2011

AVANT– avril 2010

APRÈS– avril 2011

www.associationrivieremagog.org Suite au verso


Page 2 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Événements de mars 2011

Actions posées à ce jour

21 mars 2011–Plainte formulée par Marc Bergeron au nom de l’ARMI au Ministère du développement durable, de l’environnement et
des parcs du Québec
Il est demandé que soit retiré dans les plus brefs délais de la berge du ruisseau des Vignobles en bordure de la rivière Magog à Sherbroo-
ke, l’amas de boue et de sédiments abandonné sur place.
L’ARMI considère que l’accumulation substantielle de sédiments dans la rivière Magog est un problème environnemental sérieux. Le bras
de sédiments avance à chaque année dans la rivière Magog et rétréci le passage. De plus, laisser les matériaux à cet endroit augmente
les risques d’embâcle d’année en année.
L’ARMI propose de retirer le bras au complet afin de remettre la rivière à son état original et d’aménager un bassin de rétention en
amont .
29 mars 2011—Réponse du Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs du Québec
On informe l’ARMI que le ministère a procédé à une inspection du lieu suite à notre plainte et que les constatations suivantes ont été fai-
tes.
Il s’agit de travaux réalisés par la Ville de Sherbrooke.; ces travaux consistaient à enlever la glace pour prévenir un embâcle; les matériaux
sont constitués essentiellement de glace et de sédiment lié à la glace; ces travaux ne sont pas assujettis à un certificat d’autorisation du
Ministère.
Avril 2011—Réaction au courriel du Min. Dév. Durable
Une lettre est envoyée par l’ARMI au Ministère provincial demandant des explications supplémentaires afin de mieux comprendre les
rôles et responsabilités du ministère en ce domaine
Mai 2011—Une rencontre est prévue avec -Serge Forest, échevin responsable du volet environnement À LA Ville de Sherbrooke
-

A suivre !

Sommaire

P.2 La triste histoire du ruisseau des vignobles

P.3 Mot du président P.13 Assemblée généraleNos
P.14 directeurs, infos sur l’ARMI
P.4 Chronique sécurité P.15 L’ornitho en herbe
P.16 Publicité
P.5 Volet environnement

P.6 Carnet horticole

P.7 L’histoire de notre rivière

P.8 Chronique du riverain

P.9,10 Saviez-vous que !

P.11 Notre bénévole de l’année + Abonnement 2011 ,

P.12 15ième Anniversaire + Fête de la pêche 2011


Page 3 L’Éco-riverains Sherbrooke avril 2011

Déjà 15 ans!

Et oui, il y a 15 ans, Madame Lise Boulanger, Monsieur Norbert Gillis et moi avions décidé d’un commun accord de se faire défenseurs
de la rivière Magog, avec l’intention d’AGIR pour que notre communauté respecte davantage ce cours d’eau dont nous avons grande-
ment abuse dans le passé.
Nous nous sommes lancés dans des actions toutes simples mais accaparantes. Au début, Monsieur Gillis et moi prenions beaucoup de
mesures de profondeur ainsi que des tests de qualité d’eau. Ce furent des temps laborieux, avec peu de moyens.
Mais c’est à la lumière de nos observations et des résultats de nos analyses sur le terrain que nous avons réussi à gagner de la crédibili-
té et à obtenir l’écoute des décideurs politiques.
Lorsque Monsieur Gillis a démissionné comme président, j’ai pris la relève. Un des premiers gestes que j’ai posé à titre de président a
été d’élargir les rangs, d’augmenter le nombre d’administrateurs afin d’accroître l’efficacité de travail de l’Association. Nous avons re-
cruté d’autres personnes ayant à coeur la sauvegarde de la rivière Magog.
Aujourd’hui, je veux profiter de l’occasion pour souligner la disponibilité, l’implication sans management, la ténacité, l’enthousiasme et
la détermination de tous les membres des conseils d’administration qui se sont succédés depuis la création de notre association. Cette
rivière, qui coule devant la porte de plus de 200 riverains, vous lui avez consacré plusieurs années de votre vie tout au long de ces quin-
ze années d’existence.
Vous avez fait parti des précurseurs en matière de protection de l’environnement et c’est notammant grâce à votre vigilance que les
Sherbrookois ont découvert l’importance de se préoccuper non seulement de la santé du lit de la rivière et de ses berges mais égale-
ment de la qualité de l’eau y circulant.
Merci de tout cœur d’avoir eu un si grand intérêt pour la rivière Magog. Merci d’avoir largement contribué à protéger ce riche héritage
et d’avoir rendu cette association aussi digne et fière de ses actions.
Je m’en voudrais de ne pas souligner en plus, tous les efforts des riveraines et riverains qui ont suivi et appuyé par leur participation
dans nos actions et supporté nos gestes.
Vous savez, un des objectifs de l’association de la Rivière Magog, en plus de protéger la rivière et ses berges, est de faire connaître no-
tre association. Une organisation comme la nôtre, paierait très cher en publicité, pour se faire connaître et c’est pourquoi je ne veux
pas passer sous silence le grand soutien que nous avons eu des élus de notre arrondissement, de la ville de Sherbrooke ainsi que des
médias. Sans leur compréhension et collaboration, nous n’aurions pu y arriver.
Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la mission et les buts de notre association, j’aimerais prendre un moment pour vous en énumé-
rer les principaux.
 La sensibilisation de nos riverains à la protection de notre cours d’eau et de ses berges
 La sensibilisation à la sécurité sur l’eau des plaisanciers
 La protection de l’environnement

Assez de discours, revenons à la fête du 15e anniversaire de notre association et à tous ces artisans.
Justement, tous ces femmes et hommes qui ont mis tant de temps et d’énergie pendant ces 15 années à œuvrer dans le même but et
de façon si dévouée à la cause font, qu’en toute humilité, je ne pourrais pas être là aujourd’hui pour vous parler des grands pas réalisés
vers l’atteinte de nos objectifs.
Alors au nom des membres du conseil d’administration actuel, au nom de toute notre communauté et en mon nom personnel, je vou-
drais dire un grand merci à tous ces gens qui de près ou de loin, ont collaboré à cette noble cause.
J’aimerais également profiter de l’occasion pour offrir des remerciements très sincères, aux conjointes et conjoints de tous les mem-
bres du conseil d’administration. Merci de votre compréhension et de votre patience!

Fêtons ensemble ce 15e anniversaire !

Yvon Thidodeau, président


Page 4 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

CARTE DE COMPÉTENCE POUR CONDUCTEUR D’EMBARCATION DE PLAISANCE:

DES CHANGEMENTS À PRÉVOIR ?

Il semblerait que les responsables de ce dossier chez Transport Canada soient sur le point de modi-
fier sérieusement le fameux cours permettant d’obtenir sa carte de compétence pour conduire des
embarcations de plaisance. Si les rumeurs sont fondées, il se pourrait bien que les usagers de l’inter-
net (plus de 60% des gens ont passé leur examen de cette façon ) soient bientôt obligés de suivre un
cours en d’une durée de 4 à 5 heures en répondant à plusieurs questions avant de pouvoir finale-
ment passer l’examen final qui permet d’obtenir la carte de compétence. L’examen serait aussi beaucoup plus difficile, puisque les
questions viendraient directement de TC et non du fournisseur de service comme c’est le cas présentement. Un dossier à suivre!

Tiré à part de la revue CHASSE-PÊCHE– Mars 2011

_____________________________________________________________________________________________________________!

PÊCHE SPORTIVE AU QUÉBEC Saison 2011
Ai-je besoin d’un permis pour pêcher?

Oui, le permis est requis dans la plupart des cas. Lorsqu'on pêche, il faut l'avoir en sa possession et le présenter sur-le-champ à un
agent de protection de la faune ou à un assistant à la protection de la faune qui en fait la demande.

Quelles espèces de poissons puis-je prendre en vertu de mon permis?

Le permis de pêche sportive des espèces autres que le saumon atlantique autorise de façon générale la pêche de la plupart des espè-
ces de poissons d'intérêt sportif au Québec, sauf le saumon. Il permet également de pêcher les espèces autres que le saumon dans
certaines rivières à saumon des zones 1, 2, 3, 18 à 21, 23, 27 et 28, en dehors des périodes de pêche au saumon. Pour connaître ces
périodes, consultez la publication La pêche au saumon au Québec ou adressez-vous à un bureau du Ministère.

Si j'ai 18 ans ou plus, qui peut pêcher en vertu de mon permis?

Votre conjoint; vos enfants, ainsi que ceux de votre conjoint, qui sont âgés de moins de 18 ans; vos enfants, ainsi que
ceux de votre conjoint, qui sont âgés de 18 à 24 ans et qui sont porteurs de leur carte d’étudiant valide.
Ces personnes, sauf vos enfants, ou ceux de votre conjoint, de moins de 18 ans, doivent être en possession de votre per-
mis si vous ne les accompagnez pas.

D’autres personnes peuvent-elles pêcher en vertu de mon permis?

Toute personne âgée de moins de 18 ans; tout étudiant âgé de 18 à 24 ans porteur de sa carte d’étudiant valide.
Ces personnes doivent toutefois pêcher sous votre surveillance ou celle de votre conjoint.

Combien de poissons peuvent être pris et gardés si plusieurs personnes pêchent en vertu d’un seul permis?

Dans tous les cas, la quantité totale des poissons pris et gardés par jour ne doit pas dépasser la quantité autorisée au
titulaire du permis.

Combien d’engins peuvent être utilisés par les personnes qui pêchent en vertu de mon permis?

Dans le cas de la pêche à la ligne ou de la pêche à la mouche, chaque personne qui pêche en vertu du permis d’une autre personne a
droit à sa propre ligne. Dans le cas de la pêche d’hiver, ou de la pêche aux poissons appâts, le nombre d’engins autorisé pour le grou-
pe ne doit pas dépasser le nombre autorisé au titulaire du permis en vertu duquel vous pêchez.

Tiré à part site du Min. Ressources Naturelles et Faune du Québec

Richard Cyr


Page 5 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Le printemps approche enfin et tous nos projets de jardinage vont bientôt pouvoir être réalisés. Les citoyens sont sensibilisés depuis
plusieurs années à revégétaliser leur berge. En 2011, nous pourrions tous faire un effort pour intégrer à nos aménagements des espèces
qui attireront les pollinisateurs. Comme vous le savez déjà ces derniers, et particulièrement les colonies d’abeille domestique, sont en
déclin généralisé dans le monde. Or, voici une liste d’espèces classées par période de floraison qui offrent du pollen et du nectar.
À la mi-mai, d’autres informations et recommandations afin de réaliser un aménagement pour les pollinisateurs seront disponibles sur
le site web d’Action Saint-François (www.asf-estrie.org).

France Bourgouin, Action St-François Bon jardinage !
www.asf-estrie.org

Liste de végétaux qui attirent les abeilles, les papillons et le colibri à gorge rubis.

Printemps A Pj Été A Cp M Pj Automne
C P Pj Pj
A P Alisier Achillée du Canada Aster
A Amélanchier P Agastache foeneculum * A M Pj Pn Chardon
C Ancolie du Canada CP A Eupatoire
P Aubépine A Cp Pj Apocyn AP Hélénie d'automne
A P Bleuet CP Arbre à papillons * CP Heliopsis faux-hélianthe
C Campanule à feuilles rondes AP C Impatiente du cap
A P Cerisier AP Asclépiade Physostégie de Virginie
C Chèvrefeuille AP Astragale du Canada A Cp M P Rudbeckie
A P Cornouillier AP Céanothus d’Amérique AMP Tournesol
A P Fraisier des champs A Verge d’or
P Lilas * CP Céphalante A Cp M P Verveine hastée
A P Pommier * ACP Coréopsis A C Pj
P Rhododendron du Canada P Desmodie du Canada
A Saule C Dicentre à capuchon
A P Violette Échinacée
C Épilobe à feuilles étroites
ACP Grande Berce
Lis du Canada
Lobélia du cardinal

Lupin *

P Menthe du Canada A = Abeille P = Papillon
C = Colibri Pj= Papillon de jour
ACP Monarde L = Larve de papillon Pn = Papillon de nuit
C Penstemon M = Mouche * Non indigène
Pj
P Phlox
Pn Potentille

Tilleul

Pour connaître les caractéristiques des espèces, informez-vous à votre centre-jardin ou visitez les
sites suivants :www.horticulture-indigo.com, www.pepiniereaiglon.ca

Pavage Lavallee & Tanguay Inc

3892 3892 Grignon J1N 2 W1
Sherbrooke, QC J1N 2W1

(819) 564-1296


Page 6 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Entretien printanier de vos plates bandes

-La taille. Quand, Quoi et Pourquoi ?

Si cela n’a pas été fait l’automne dernier, la première évidence du printemps est de tailler tout se qui reste de feuillage sec sur les
plante vivaces. Ca permet d’améliorer l’aspect de la nouvelle repousse tout en réduisant les risques associés à la pourriture de ces vieux
débris (moisissures, insectes ou maladies).

Pour ce qui est des arbustes, la pratique de la taille est nécessaire pour favoriser une floraison plus abondante, tout en permettant un
développement du port plus compact et fourni de nos buissons. Ce ne sont pas tout les arbustes qui doivent être taillé au début de la
belle saison. Tout dépendant de la période à laquelle les arbustes fleurissent, il faut choisir le bon moment pour les tailler, question de
s’assurer une floraison optimale.

-Tenir compte de la période de formation des bourgeons floraux.

Les arbustes à fleurs sont regroupés en 2 catégories. Ceux qui fleurissent sur le bois de l’année versus ceux fleurissant sur le bois de
l’année précédente. Dans le premier groupe les bourgeons floraux apparaissent sur les nouvelles pousses pour fleurir presque
immédiatement suite à leurs apparitions. Dans ce cas, il faut tailler soit tôt au printemps ou après la fleuraison a l’automne. Dans le
second groupe, les bourgeons floraux se forment vers le mois d’aout pour ensuite fleurir tot au printemps suivant.

Dans ce cas-ci, il faut tailler immédiatement après leur floraison. De cette manière ont s’assurent de ne pas faire entrave à la future
floraison. La potentille peut servir d’arbuste repère pour distinguer les 2 groupes. Règle général, tout arbuste qui fleurit avant la
potentille, fleuri sur le bois de l’année précédente. Tout arbuste qui fleurit au même moment ou après la potentille fleuri sur le bois de
l’année.

Pour les conifères, c’est plus simple, il faut attendre que la pousse se manifeste avant de la tailler, soit le milieu de l’été, idéalement il
faut éviter de tailler dans les pousse de l’année précédente. Cette pratique risque de dégarnir les conifères. Donc a partir du moment
où l’on juge qu’un conifère est suffisamment gros, il faut tailler sa nouvelle pousse a tous les étés, pour éviter d’être contraint à
pratiquer une taille sévère qui risque d’affecter leur apparence.

-Fertilisation

Bien qu’il faut limiter l’usage de fertilisant à proximité des plans d’eau, reste que néanmoins les végétaux ont des besoins nutritionnels.
Évitez tout fertilisant soluble en favorisant plutôt l’utilisation d’un composte (en petite quantité) directement autour des végétaux, et
se au début du réveil de la végétation (début mai). Ainsi les nutriments sont libérés en petite dose à la fois, directement au dessus des
racines, favorisant leurs absorptions plutôt que leurs lessivages vers la
rivière.

Bon jardinage…

Sylvain Rivest biologiste-horticulteur
Pépinière Lambert


Page 7 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

La Magog : de l’âge hydraulique à l’hydroélectricité

Si on peut affirmer que les Amérindiens et les colonisateurs ont emprunté la
rivière à des fins de transport et de communication, avec les barrages cons-
truits pour en tirer de l’énergie hydraulique ou de l’énergie électrique, la
rivière Magog a vu son cours et son débit modifiés.

Le succès rencontré par l’aménagement hydraulique des gorges de la Magog
sous l’égide de la BALC (British American Land Company) allait bientôt at-
teindre ses limites. La zone industrielle qui s’était développée autour des
cinq barrages demeurait en effet coincée entre les rives rocheuses de la ri-
vière et des secteurs résidentiels ou commerciaux déjà densément habités 1.
De plus, en 1868 et à l’automne 1895, le niveau anormalement bas de la
rivière avait privé les manufactures d’énergie.

L’électricité arrivait à point nommé. Lorsque celle-ci a pu être utilisée comme force motrice et non plus seulement à des fins d’éclaira-
ge, la Magog a vu graduellement les entreprises déménager ou pouvoir s’installer ailleurs, entre autres, souvent à proximité des voies
ferrées.
Kesterman 2 nous fait voir bief par bief le passage des barrages de la BALC aux barrages actuels. Qu’il suffise de rapporter quelques
points que fait valoir cet auteur :
- les barrages actuels ont été terminés entre les années 1908 et 1927 3 .
- le barrage de l’Hydro-Magog est appelé « Grande Dame », un joli jeu de mots pour un barrage (dam en anglais) 4 .
- à l’âge de l’électricité, seule la rive droite de la Magog conserva sa vocation industrielle, jusqu’à la fermeture définitive de l’usine
Paton en 1978 5 .
- la centrale de Rock-Forest qui vit le jour en 1911 est la première centrale à être construite par la Cité de Sherbrooke après la munici-
palisation du service de l’électricité en 1908 6.
et enfin *…+ la construction des barrages Drummond (1908), de Rock-Forest (1911) et Paton (1927) a peu à peu donné un nouveau
profil et un rythme plus régulier à la rivière et a façonné le lac des Nations tel que nous le voyons aujourd’hui 7.

Marlaine Bisson

1 Kesterman, J.-P. Histoire de Sherbrooke. Tome 1 : de l’âge de l’eau à l’ère de la vapeur (1802-1866). Éditions GGC. 2000 p. 20
2 Kesterman, J.-P. Tout le long de la rivière Magog. Se promener du lac Memphrémagog à la Cité des rivières. Éditions Collection Patrimoine GGC. 2004 246 p.
3 Id. p. 20
4 Id. p. 85
5 Id. p. 139
6 Id. p. 105
7 Id. p. 110


Page 8 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Bonjour à tous,

Ça y est, le printemps est enfin arrivé. Avec le printemps arrive la fonte des neiges et le dragage du ruisseau des vignobles
par la ville. Cette année, j’ai enfin compris pourquoi le fond du delta du ruisseau s’élevait à chaque année allant jusqu’à
« sortir » au dessus du niveau de la rivière.
Non, ce n’est pas seulement les sédiments qui se déposent dans le fond mais aussi le fait que la terre provenant des tra-
vaux de dragage effectués au fond du ruisseau des vignobles est simplement déposé sur le haut fond de la rivière, provo-
quant ainsi son élévation.

Photo-Denis Gosselin Maintenant, la question à 20 dollars :
Pourquoi il est possible de draguer le fond du ruis-
seau des vignobles et d’ajouter de la terre dans le
fond de la rivière tandis qu’il n’est pas possible d’en-
lever la terre qui a été ajoutée mécaniquement par
le passé?
La réponse n’est pas simple. En fait il n’est pas sim-
ple de trouver la bonne personne qui peut nous don-
ner la réponse. Ainsi, bon courage aux bénévoles de
l’association des riverains de la rivière Magog (je fais
parti du groupe!) qui tâcheront de démêler tout cela
et qui tenteront de mettre en place un plan d’action
pour arriver à réduire le rapetissement de certaines
section de la rivière.

Après discussion avec un ami ingénieur à la Ville de Magog, qui ont le même genre de problème à la sortie des ruisseaux
autour du Lac et de la rivière Magog, j’ai compris la position du ministère de l’environnement par rapport au retrait mécani-
que des sédiments. Pour eux, il ne s’agit pas de simplement enlever les sédiments mais plutôt de régler le problème à la
source, c’est-à-dire trouver un moyen pour que les sédiments transportés par les ruisseaux ne se rendent pas à la rivière.
Encore mieux, il s’agit de trouver un moyen pour que les sédiments ne se rendent pas au ruisseau.
Mais là, comment mettre en place ces solutions et qui est responsable de ça? Comment effectuer les développements rési-
dentiels pour minimiser l’apport de sédiments dans les ruisseaux? Qui a son mot à dire pour juger si ces solutions sont ac-
ceptables ou non? Qui paye pour ça? Ou plutôt, qui veut payer pour ça?
Pas facile à répondre hein? C’est à la réponse à ces questions que nous tâcheront de trouver au cours de prochains mois.

Bon ménage de printemps!

Pierre-Luc Choquette


Page 9 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

LES FINES HERBES
Sur un bord de fenêtre, il suffit de six heures d’ensoleillement par jour et de quelques astuces pour que l’été durant les herbes fraîches
embaument votre cuisine. En les rentrant à l’intérieur à l’automne, vous prolongerez le plaisir et certaines d’entre elles pourront mê-
me devenir de fidèles compagnes pendant des années.

Menthe énergique (Mentha)
Cette herbe assaisonne légumes (aubergine, concombre, pois, tomate), viande, gibier et crème glacée. Elle est déli-
cieuse mélangée au citron et aromatise bien les vinaigrettes. Dans les pays anglo-saxons, on l'associe à l'agneau. La
menthe verte fraîche enveloppe les rouleaux printaniers et accompagne le taboulé. Elle aromatise currys, chut-
neys, shish kebabs, yogourt, salades, sauces et thé. Le menthol, auquel la menthe poivrée doit ses propriétés mé-
dicinales, est absent de la menthe verte. Son odeur vive dévoile tout de suite ses vertus toniques et stimulantes. Il
est même préférable de ne pas en consommer trop le soir, sous peine d'insomnie. Elle favorise aussi la digestion
gastrique. Mâcher quelques feuilles de menthe rafraîchit l'haleine, et aeptise aussi la bouche dans le cas d'une
inflammation gingivale légère. Elle est active aussi sur les crampes digestives, les nausées et les spasmes intesti-
naux. Elle limite les fermentations intestinales et soigne les ballonnements

Ciboulette apéritive (Allium schoenoprasum)
Allium schoenoprasum et Allium tuberosum La ciboulette est la plus petite de la famille de l'oignon. On ne la
récolte pas en l'arrachant, mais plutôt en la coupant à l'aide de ciseaux sans la tailler trop près du sol; elle re-
pousse continuellement. Choisir de la ciboulette aux feuilles fraîches, d'un vert soutenu, sans signe de jaunisse-
ment, de mollesse ou d'assèchement. La ciboulette est souvent utilisée pour assaisonner un grand nombre de
mets, aussi bien chauds que froids. Il est préférable de ne pas la cuire et de ne l'ajouter qu'au moment de servir.
Elle est essentiellement connue pour ouvrir l'appétit et stimuler doucement la production de sucs digestifs.
Comme toutes les plantes de la famille de l'ail, elle est anticholesérol, mais dans une moindre mesure, car elle
est moins concentrée en principes actifs

Persil vitaminé (Petroselinum crispum)
Il existe 3 espèces principales de persil: le persil frisé, le persil plat (dont la saveur est moins amère) et le persil
bulbeux (cultivé pour ses racines blanches). Le persil est un des éléments du bouquet garni et l'ingrédient princi-
pal du taboulé. Les racines de persil se préparent comme le navet ou la carotte; on les utilise dans les soupes et
les ragoûts. Il est extrêmement riche en vitamine C et en carotène (plus que l'orange), un excellent duo antioxy-
dant pour lutter contre les effets du stress, du vieillissement et des excès de soleil. En complément, il contient
aussi un peu de fer, ce qui le rend tonique et antianémique, à manger donc en période de croissance. Riche en
chlorophylle, il purifie l'haleine efficacement.

Basilic bonne humeur (Ocimum basilicum)
Herbe très utilisée dans les cuisines méditerranéenne, thaïlandaise et vietnamienne. Ses feuilles sont de couleur
verte, rougeâtre ou pourpre. Le basilic est l'herbe par excellence pour relever les tomates et les pâtes alimentai-
res. C'est l'assaisonnement de base de la soupe au pistou et du pesto italien. Il aromatise délicatement l'huile. On
peut mettre le basilic dans le bac à glaçons recouvert de liquide et ajouter ces cubes aux soupes, sauces et ra-
goûts. Sa particularité est de soulager les douleurs digestives dues à des spasmes gastriques ou intestinaux,
notamment après des repas lourds et riches en viandes, fromages, fritures et féculents, Il semble qu'il améliore
aussi l'humeur et soit légèrement euphorisant.

Tiré à part du site internet www. Lousonna.ch


Page 10 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Suite

Sauge antigras (Salvia officinalis)
La saveur piquante de la sauge aromatise de nombreux aliments. On utilise la sauge en France avec les viandes blanches, le
rôti de porc et les soupes de légumes; en Allemagne, elle parfume le jambon, les saucisses et la bière; en Angleterre, on
l'incorpore dans les farces et les sauces; en Italie, elle est indispensable dans le saltimbocca, l'osso bucco et les paupiettes;
en Chine, elle accompagne le mouton rôti et parfume le thé. La sauge facilite la digestion des aliments gras et est réputée
pour ses propriétés médicinales. La feuille de sauge est riche en flavonoïdes et en huile essentielle qui lui donne son goût
épicé et son odeur aromatique. C'est un cholérétique, c'est-à-dire qu'elle stimule les sécrétions
de la vésicule biliaire.
Ces propriétés lui permettent d'être particulièrement utile pour soigner les troubles digestifs : digestion lente et difficile,
ballonenement, fermentations intestinales, renvois d'air. La présence de phytoestrogènes permet de conseiller la sauge chez les femmes pré-
sentant des règles irrégulières et douloureuses et pour diminuer les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sueurs excessives,
etc.).

Thym tonique (Thymus)
Plante aromatique originaire de la région méditerranéenne. Le thym se marie bien avec sauces, oeufs, légumes, farces, viandes et poissons grillés.
Frais ou séché, il résiste bien à la cuisson: c'est le compagnon idéal des ragoûts, civets, soupes, cassoulets, daubes, sauces tomate et courts-
bouillons. Le thym aromatise bien le vinaigre. Antiseptique puissant et expectorant (il facilite la toux), il est particulièrement indiqué en cas de
maux de forge, refroidissement, enrouement et rhume. C'est aussi un antifatigue remarquable.

Aneth digestion facilitée (Anethum graveolens)

L'aneth est un aromate très apprécié en Scandinavie, en Russie, en Europe centrale et en Afrique du Nord. Ses graines ont

une odeur qui évoque le fenouil, le carvi et la menthe. Elles aromatisent vinaigres, cornichons, sauces froides et salades

variées. C'est l'herbe par excellence pour les marinades de saumon et de hareng. Elle se marie bien avec le céleri-rave, la

betterave, le concombre, la crème fraîche et le fromage à la crème.

On dit l'aneth diurétique, carminatif et antispasmodique. En infusion, il est excellent pour la digestion. Il se révèle très

efficace contre les ballonnements dus aux légumes secs, stimule le fonctionnement du foie, et semble favoriser la pro-

duction de lait de la jeune maman. Tiré à part du site internet www. Lousonna.ch

RENOUVELLEMENT DES CARTES DE MEMBRES

Mi-Mai 2011-= Début de la période de renouvellement des cartes de membres

Prix:: 20$ ou 25$ pour la carte familiale

POURQUOI DEVENIR MEMBRE ?

Pour voir à ses intérêts – Pour protéger ses rives – Pour y garder l'ordre pour le mieux être de ses riverains
De plus, obtenez 15% de rabais sur vos achats de plants auprès des pépinières commanditaires

S.V.P. remplir le formulaire au verso et la faire parvenir à :

Claude Stébenne, trésorier
200, rue Aiguillon

Sherbrooke, QC. J1N 2S6


Page 11 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Notre bévévole de l’année

Le 1ier mai prochain, dans le cadre du brunch des bénévoles
donné par la ville de Sherbrooke- Arrondissement Rock Forest-
Saint-Élie-Deauville, Pierre-Luc Choquette sera reconnu pour
sa contribution au sein d’ARMI .

Un gros merci Pierre-Luc pour ton implication !

Monsieur Choquette est riverain de la rivière Magog depuis 2002 mais est néanmoins un utilisateur de la rivière Magog
depuis son enfance. En effet, il a passé son adolescence et sa vie de jeune adulte comme athlète à l’intérieur du club de
canoë-kayak de Sherbrooke et c’est naturellement qu’il s’est impliqué en tant qu’organisateur bénévole à l’intérieur du
même club à son retour en région, en 2001. À l’intérieur de cette implication, il a été président du club de 2003 à 2006 et
Directeur, responsable du site, lors de l’organisation des championnats canadiens de canoë-kayak de vitesse qui a eu lieu
au Lac des Nations, à l’automne 2009. Depuis 2008, Monsieur Choquette est chroniqueur a l’intérieur du journal l’Info
Riverain, de l’association des riverains de la rivière Magog, et désire poursuivre son implication à l’intérieur des dossiers
concernant le respect de l’environnement et le développement durable pour l’association des riverains de la rivière
Magog.

Tout comme l’eau et les forêts,

les bénévoles sont une ressource essentielle

dont il faut prendre soin et qui n’est pas inépuisable

Nouveaux membre(s) Ancien(s) membre(s) Familiale

Nom : _______________________________________________________________________ Montant : ___________________$
Nom :

Adresse:

Code postal: Téléphone: Courriel:

Je veux m'inscrire, pour l'année 2011 , comme membre de L'Association de la Rivière Magog


Page 12 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Le 15ième anniversaire de l’ARMI

Vendredi 10 juin 2011 à 18 heures
Souper chaud, 3 services + Prix de présences+ Bar + orchestre+ animation (Jean Arel)

25$
L’hôtellerie Jardin de Ville
4235 boul. Bourque à Sherbrooke

Billets disponibles auprès des directeurs

La Fête de la pêche 10,11,12 juin 2011

* Un permis n’est pas requis durant cette fin de semaine cependant l’ensemble des autres
règlements sur la pêche sportive s’appliquent

Pêche en herbe (11 et 12 juin) :

Ce programme de formation est destiné aux jeunes de 6 à 17 ans désireux de s’initier à la pêche.

Pour y participer vous devez inscrire vos enfants toutefois c’est gratuit.

 Halte du passant (boul. Université) - Tél. Richard Cyr:819-823-9308

Samedi 11 juin: 10h , 13h Dimanche 12 juin: 10h

 Parc Lucien Blanchard Tél. Destination Sherbrooke: 819-821-5893

Samedi 11 juin: 9h30,11h,13h,14.30 Dimanche 12 juin: 9h30, 11h

- Truite à 10 000$

Venez participer à cette 12ième édition et courez la chance de capturer la charmante truite à 10 000$
Où est l’étiquette de la truite? Sous la mâchoire dorsale. Elle est transparente et on y trouve un numéro unique ainsi
qu’un numéro de téléphone.


Page 13 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

AVIS DE CONVOCATION

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE

ASSOCIATION DE LA RIVIÈRE MAGOG INC.

Mercredi le 11 mai 2011
à 19h00

Au Centre Communautaire Optimiste de Rock Forest
6670, rue Fontaine Local 201-203

Sont les bienvenus à cette rencontre :

Les riverains de la rivière Magog ainsi que toute personne soucieuse de la
préservation de la rivière Magog

Les choses courantes de votre association seront discutées.
Il y aura des élections.

Note: Seul les membres ont le droit de voter.
Le conseil d’administration


Page 14 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

Yvon Thibodeau, président Les directeurs
Richard Cyr, Ier vice-président
Denis Gosselin, 2ième vice-président 819-829-0009 Jacques Blais , directeur 819-564-2120
Claude Stébenne, trésorier 819-823-9308 Marlaine Bisson, directeur 819-823-1646
Liette St-Martin, secrétaire ………… 819-564-1997 Benoît Charland, directeur 819-864-4020
819-864-6084 Constance Clowery, directeur 819-565-4536
819-791-2624 Claude F. Gosselin, directeur 819-573-0488
Claude M.Gosselin, directeur 819-346-4724

Notre site internet

www.associationrivieremagog.org.

Votre journal l’Eco- riverains

Comité de rédaction du journal

Rédactrice en chef : Liette St-Martin (819-791-2624)

Mise en page : Claude Stebenne, Richard Cyr, Liette St-Martin

Publicité : Richard Cyr

Correction et révision de textes : Liette St-Martin

Collaborateurs pour ce numéro :
Marlaine Bisson, Richard Cyr, Pierre Luc Choquette, Louise Drouin, Liette St-Martin,
Yvon Thidodeau, Action François( France Bourgoin), Pépinière Lambert( Sylvain Rivest)

Dates à retenir

11 mai 2011 Assemblée générale annuelle ARMI
(voir détails p.14)

Mi-mai Début de la période de

renouvellement des cartes de membres

10 juin 2011- Souper 15ième anniversaire ARMI
(voir détails p.13)

10,11,12 juin Fête de la pêche (voir détails p.13)


Page 15 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011

TOURTERELLE TRISTE

La Tourterelle triste est facile à
identifier; tout beige, une petite
tête et une queue longue et
pointue, quelques taches sur
l’aile et la joue et surtout son
chant si triste.
Elle vient aux mangeoires l’hiver
surtout dans la partie sud du
Québec. Elle se nourrit au sol
ou sur une mangeoire à plateau
sans toit. Le maïs concassé, le
millet blanc et le tournesol sont
ses aliments préférés. Elle se
perche souvent sur un fil, et
roucoule son chant triste.
Les Tourterelles habitent dans
tout les États-Unis et la partie
sud du Canada. L’hiver elles
viennent aux mangeoires dans
la partie sud de l’Ontario et du
Québec. Elles fréquentent les
parcs, les jardins, les terres culti-
vées, les prairies et partout où il
y a des champs.
L’été, procurez-lui un bain d’oiseau ou un bassin d’eau et vous la verrez alors y prendre son bain quotidien. Si vous répandez des grai-
nes sur le sol, tout l’été, elles pourront devenir des résidents permanents de votre jardin. L’hiver, répandez régulièrement sur le sol des
graines assorties. Elles ne mangent qu’au sol. Les Tourterelles se nourrissent de graine de toutes sortes, de mauvaises herbes et d’aul-
nes.
L’hiver elles se nourrissent de petits fruits sauvages comme les vinaigriers, les genévriers, l’herbe à puce et de houx. On la rencontre le
long des routes à la recherche de petits graviers pour son gésier.
Elles font un nid négligé en brindilles sur une fourche d’arbres, souvent un conifère.

Louise D.
Passionnée de la nature

Source : www.lesbeauxjardins.com/Oiseaux/oiseauxmangeoires/tourterelle.htm


Page 16 L’Éco-riverains Sherbrooke Avril 2011


Click to View FlipBook Version
Previous Book
Écho-Riverains Juillet 2011
Next Book
Eco-Riverains Décembre 2010